Meilleurs guides & prix en Moldova


Trois régions de Roumanie: Bucovine, Maramures, Transylvanie

Trois régions de Roumanie: Bucovine, Maramures, Transylvanie

 

Vous trouverez tout en Roumanie: nature, histoire, culture, tradition, et ce sera une expérience unique dans votre vie, car nous sommes le seul peuple Latin de confession Orthodoxe qui est aussi d'origine Latine. Au cours de ce voyage vous ressentirez notre manière de vivre, vous découvrirez nos traditions et goûterez nos spécialités culinaires populaires roumaines.


JOUR 1: Iasi

Bienvenue à Iasi! Point de départ idéal pour découvrir le pays, centre touristique le plus grand et le plus attrayant de Roumanie. Cette ancienne capitale va vous charmer. A Iasi, importante cité de l'intellectualité roumaine, se trouve la plus ancienne université du pays. Bon nombre d'écrivains célèbres ont habité cette ville. Aujourd'hui, leurs maisons sont conservées et transformées en musées. Le monument le plus connus de la ville est l'église Trei Ierarhi (Les Trois Prélats). Sa construction remonte à 1639. Nuit dans l’hôtel de Iasi dans le quartier central de la ville. Dîner.

JOUR 2: Iasi - Monasteres de Moldavie - region de Bucovine

Départ vers la région des monastères de Moldavie. Par exemple au monastère d'Agapia, situé dans la province du Neamţ en Moldavie roumaine, vivent environ 500 sœurs. Construit au XVII siècle (entre 1642 et 1647) par Gavril, et rénové au XIX, sa blancheur immaculée lui donne un aspect intact. L'église est intéressante par le fait qu'elle fut peinte en 1858 par le célèbre peintre Nicolae Grigorescu âgé alors seulement âgé de 18 ans.

Un autre monastère, Secu, est tout à fait remarquable. Il est situé en pleine nature, au bout de la route. Actuellement une nouvelle église y est construite. C’est le boyard Nestor Ureche qui a fondé en 1602 ce lieu de recueillement.

Visite de monastère Sihastri. Il fut fondé en 1655. En 1734 l'évêque Ghedeon de Husi a érigé une nouvelle église en pierre a la place de l'ancienne. Non loin de là était l'ermitage Sihla (un ermitage de moines) ainsi que la grotte de Ste Théodora. Son cercueil et ses reliques sont aujourd'hui conservés au monastère Pecerska Kiev sous le nom de "Ste Théodora des Carpates".

Le Monastère Neamt est le plus ancien dela Moldavieet sa grande église, Inaltarea Domnului (l'Ascension), fut construite par Étienne le Grand (Stefan cel Mare) voïvode et Prince de Moldavie (1457-1504). A partir du XV siècle, une école de calligraphie et de miniatures fut fondée. La décoration extérieure de l'église est de style Moldave, qui résulte de l'assemblage d’éléments byzantins et gothiques avec des céramiques émaillées. Nuit dans la Pension La Roata 3*supérieur. Dîner.

 

JOURS 3: Région de Bucovine

Ce jour est réservé en grande partie aux monastères. "Les Églises Peintes" est le terme utilisé pour faire allusion à celles qui représentent des fresques sur leurs murs extérieurs. Ces églises sont couvertes de peintures de haut en bas. Les peintres étaient des prêtres locaux ou des moines. En plus de leur beauté physique, ces monuments sont la représentation frappante du mysticisme Orthodoxe chrétien qui a prospéré en Bucovine pendant la période du Moyen Age. Nous visiterons certains des monastères de Moldavie réputés comme: Moldovita, fondé en 1532 qui appartient avec le Voronet au même mouvement connu sous le nom de «la peinture Moldave extérieure». Moldovita a été fondé et fortifié par Petru Rares.

Nous pourrons voir aussi une note frappante d'authenticité dans la peinture du monastère de Voronet, qui est considéré comme le plus beau de tous ceux peints en Bucovine. Il présente en effet de magnifiques peintures, dont presque toutes sont préservées. Des fresques de la vie quotidienne de l’époque sont reflétées dans la peinture de l'église. Dans ce monument, nous pouvons saisir les étapes de l'évolution de la sculpture sur bois comme dans la décoration de l’iconostase. Ces travaux d'art ont résisté à l'épreuve du temps, toujours remarquablement préservés en dépit des siècles d'exposition aux éléments naturels. Les artistes ont travaillé dans l'isolement, en gardant jalousement leur secret et la composition de la peinture reste toujours un mystère. Nuit dans la Pension La Roata 3*supérieur. Dîner.

 

JOUR 4: Bucovine-Maramures 

Départ à la découverte de Maramures, une région qui se caractérise par ses merveilleux paysages, ses authentiques villages et ses églises en bois (dont beaucoup entre elles figurent sur la liste du Patrimoine de l’Humanité de l’Unesco). Visite de Bogdan Voda avec son église en bois St Nicolas du début du XVIII  siècle, l’église de Barsana datant de la même époque, originalement église d’un monastère mais qui a été déménagée par les habitants de Barsana en 1802 vers le centre de la ville après l’abandon du monastère. Dîner et logement dans l’Hotel Secret Garden 3*.

 

JOUR 5: Maramures

Au cours de cette journée, découverte des différentes facettes de Maramures. Visite de l'église de Surdesti. Du haut de ses 74 mètres de haut, il s'agit du plus grand monument en bois de la Roumanie, et de la plus grande église en bois au monde. Elle est elle aussi classée dans le patrimoine de l’Unesco. Arrêt et visite du cimetière de Sapanta, appelé le cimetière gai pour ces épitaphes ludiques et comiques. Visites surprises. Dîner et logement dans l’Hotel Secret Garden 3*.

 

JOUR 6: Maramures-Cluj Napoca

Aujourd’hui on prend la route vers Cluj Napoca. En route visite de monastère Nicula. En 1699, l'église de Nicula, un petit village est devenu célèbre en raison d'une icône de la Vierge bénie accrochée dans la petite église en bois du monastère. Arrive à Cluj Napoca – visite de la ville. Logement a l’hôtel Agape 4*


JOUR 7: Cluj Napoca-Biertan-Sighisoara

Visite de la forteresse de Biertan - classée et protégée par l'UNESCO depuis 1993. Parmi des découvertes archéologiques il y a une inscription de IV siècle qui dit "l'Ego Zenovius, votum posui" (moi, Zenovius, ai tenu ma promesse "); cela prouve l'existence d'une communauté Chrétienne Dans le secteur dés le début du 4ème siècle. L'église fortifiée de Biertan est surtout connu pour son impressionnante église fortifiée muni de quatre tours construites entre 1520 et 1522 sur les fondations de l’ancienne a construction qui datée du XVieme siècle. L'église est entourée par trois épaisses rangées de murs soutenus par de forts appuis, qui été censé abriter les villageois en temps de guerre. Entre 1572 et 1867, l'église fortifiée était le siège de l’Évêché Évangélique Saxon de Transylvanie.

Arrive à Sighisoara. Visite de la citadelle. Les colons Saxons construisirent en plusieurs étapes la citadelle médiévale de Sighisoara (XIIe-XIVe siècle.): magnifique ensemble d'architecture militaire et religieuse classée au Patrimoine Mondial de l'UNESCO. Une ville fortifiée de 14 tours (XIV-XVIIième siècle), dans laquelle existent encore 9 tours, la plus monumentale étant la Tour de l'Horloge où se tenait le conseil de la ville et qui abrite à présent le Musée d'Histoire, et aussi la place de la Cité où se trouve la maison natale de Vlad l’Empaleur. Pas très loin on peut admirer l'église du monastère des dominicains et l'église évangélique. L’escalier de l’Ecole nous amène à l’église de la Colline construite en 3 étapes entre les XII et XV siècle. Logement a l’hôtel Sighisoara 3*.


JOUR 8: Sighisoara-Prejmer-Brasov-Poiana Brasov

Départ vers la ville de Brasov. Nous visiterons les vestiges de l’église fortifiée de Prejmer. Sa particularité est de posséder en son sein plus de 250 celliers adossés aux remparts de 12 métres de hauteur. Chaque famille du village en possédait un pour mettre à l’abri des invasions les récoltes. L'église date du 13e siecle est abrite le plus vieux rétablie de Roumanie. La citadelle abrite également un petit musée.

Brasov – une ville de Transylvanie à la croisée des routes historiques entre les provinces roumaines. Cette ville s'affirme au fil des siècles comme un grand centre commercial et industriel, une ville de passages et d'échanges entre les cultures. Brasov est riche en monuments culturels et architecturaux. Le centre-ville vous transporte en plein Moyen Age. Nous pouvons admirer les fortifications comme: le Bastion des Tisserands, la Tour Blanche et la Tour Noire (XV siècle), la Porte Ekaterina, la Porte de Schei. L’Eglise Noire est le plus important monument gothique de cette partie de l’Europe. Dans le quartier Schei se trouve l’église St Nicolas une des plus anciennes églises orthodoxes de la Transylvanie qui date du XV siècle et la première école roumain. Nuit à l’hôtel Alpin 4*de Poiana Brasov.


JOUR 9: Poiana Brasov-Sinaia-Poaiana Brasov

Nous visiterons un château des plus romantiques de la Roumanie: Bran, appelé également le château de Dracula. Nous nous dirigeons vers le pied des monts Bucegi, c’est là que se trouve une des stations des plus belles et des plus connues de Roumanie – Sinaia. Entourée de forêts où l’air est si pur et frais, Sinaia est l’endroit idéal pour passer ses vacances, suivre des cures ou tout simplement se reposer un week-end dans n’importe quelle saison. Disposée sous la forme d’un amphithéâtre au pied des montagnes, Sinaia nous offre des paysages pittoresques. Cette ville est aussi fameuse pour son superbe château Peles. Construit entre 1875 et 1883, il fut conçu par le premier roi roumain Carol I comme résidence secondaire de la famille royale. Entouré d'un superbe parc paysager, ce château de conte de fées rappelle les châteaux bavarois, avec son style de Renaissance allemande. Le roi était un collectionneur passionné (importantes collections d'armes et de livres) et la reine une grande protectrice des arts (Elisabeth écrivait des poésies sous le nom de Carmen Silva). Les 160 pièces impressionnent par la richesse et la diversité des styles (Renaissance italienne, Baroque, Rococo, hispano-mauresque) et décorations: boiseries, tapis, tapisseries, marqueterie, vitraux, miroirs, mobilier, etc. Le château fut l'un des premiers d'Europe doté de toutes les commodités modernes (chauffage central, électricité, eau courante). Nuit à l’hôtel Alpin 4*de Poiana Brasov.

 

JOUR 10: Poaiana Brasov- Sibiu

Sibiu: la colonie romaine de Cedonia et peut-être la plus jolie de toutes les villes de Transylvanie. La ville a été baptisée Hermannstadt par les colons allemands établis dans la région vers le milieu du XII siècle. Les pittoresques vieux quartiers sont préservés et dans un excellent état, mais surtout l'histoire profondément marquée par la pluralité culturelle de ses habitants confère à Sibiu l'honneur d'être «Capitale Européenne dela Culture2007».La Citadellede Sibiu fut pendant des siècles l’une des plus grandes et des plus solides fortifications d’Europe. Les extérieurs de la ville sont protégés par des murailles et des tours de défense, certaines d'entre elles étant toujours très bien préservées donnant ainsi une idée des siècles et aventures passées. La troisième fortification fut construite au XIVsiècle et consolidée au XVII. Sibiu est une fortification médiévale et son activité commerciale est très présente: le Mur de Défense, les Escaliers,la Porte, les marchands de tissus, les ateliers de poterie, les artisans menuisiers. Il y a aussila Tourdu Conseil, l’Eglise Evangélique et le Musée de Palais Brukental qui est construit dans un style baroque autrichien avec son plafond richement décoré par une grande variété de motifs. Le Passage des Escaliers construit au XIII est l’un des endroits les plus pittoresques de Sibiu. Il fait la connexion entre la partie basse et haute de la ville. Nuit dans l’Hôtel Ramada 4*.


JOUR 11: Sibiu-Curtea de Arges-Bucarest

Visite du monastère de Curtea de Arges qui se trouve dans une ville du même nom. L’Eglise princière est l’un des plus vieux édifices du XVI siècle. Le monastère de Curtea de Arges est un magnifique monument d'art sculpté en pierre blanche qui a plus de 150 motifs ornementaux. C’est le lieu d'enterrement de la plupart des membres de la famille royale roumaine. Toujours dans cette localité qui fut capitale de l'état féodal de Valachie, se trouve l'église princière Saint Nicolas achevée en 1352.

Bienvenue à Bucarest! Situé dans le sud du pays, traversé par la rivière Dîmbovita, la première attestation documentaire de Bucarest remonte au XV siècle.

Bucarest offre à ses visiteurs musés, théâtres, opéra, salles de concerts, monuments, églises, parcs, restaurants, bistrots, cafés, boutiques de charme, centres commerciaux modernes, casinos et bien d’autres encore. Surnommé «Le Petit Paris de l'Est» dû à la contribution des architectes français au début du XX siècle, Bucarest est également une ville d'églises, un avant-poste de la civilisation chrétienne, et aussi une ville-jardin verte et agréable.

La visite de l’Eglise de Patriarchie fondée par Constantin Serban Basarab au XVII siècle. C’est ainsi à son origine au XV siècle qu’elle devint résidence princière dela Valachie sous le règne de Vlad l’Empaleur – un moment essentiel pour son développement. C’est durant cette période qu’apparaissent de nouveaux quartiers d’artisans. Par exemple, les potiers et les forgerons installent leurs fours dans le centre ville, appelé aujourd’hui Piata Unirii (La Place de Union), tandis que les tanneurs qui consomment beaucoup d’eau s’établissent sur les rives dela Dîmbovita. Les commerçants, les pelletiers et les couturiers occupent, eux, le nord du faubourg dela Cour Princière, actuellement une partie du centre historique de la capitale. A l’époque, Lipscani était la rue la plus connue de la ville: En effet c’est dans cette artère que les commerçants roumains, bulgares, grecs, serbes ou juifs vendaient leurs marchandises achetées à la fameuse foire de Leipzig.

De l’autre côté de la Dîmbovitase trouve le Palais du Parlement, l’ancienne Maison du Peuple, construite entre 1984 et 1989 sur l’ordre de Nicolae Ceausescu. Une partie immense de la ville fut alors démolie pour ériger ce Palais, le deuxième bâtiment au monde en dimensions après le Pentagone. Il témoigne d’une tendance mégalomane spécifique aux dictateurs, que Ceausescu avait empruntée à Kim Il Sun, président de la Coréedu Nord à l’époque. Le Palais reste pourtant un exemple de virtuosité architecturale, avec des détails raffinés très bien exécutés. Avant sa construction, le symbole de Bucarest était l’Athénée Roumain, bâti entre 1884 et 1888 d’après un projet de l’architecte français Albert Galleron, qui avait lié son nom également à la Banque Nationale ainsi qu’à des établissements de style brancovenesc démolis toujours par Ceausescu en 1986. Dîner. Nuit à l'Hôtel 4*.

 

JOUR 12: BUCAREST

Depart.